ASM-RCT [Finale du Top 14]

Une cinquantaine de Dragons s’est déplacé afin d’assister à la Finale du Top 14 entre l’ASM et le RCT soit par le TGV officiel soit par leurs propres moyens.

Parmi ceux-là, nous avons récolté le témoignage d’un groupe de 5 adhérents (Claude, Aurélien, Claudine, Marie-Jo et Claire) s’étant déplacés en voiture lors d’un périple long de près de 1800km sur 20h de trajet.

Jour 1 :

5h30 :

réveil (un dimanche matin…), petit-déjeuner, douche, préparation du sac, … tout est bouclé pour un départ imminent à 7h du Pradet.

C’est parti pour le voyage aller avec au volant Claude qui n’avait pas l’air de vouloir dépasser les 110km/h et qui s’est fait chambrer par les autres voyageurs. A l’arrière, Claudine commençait à se préparer pour son match avec un ustensile indispensable… son smartphone et une connexion illimitée sur Facebook et Rugbyrama.

17h :

arrivée à Genevilliers après avoir avalé près de 900km, nos voyageurs ont réquisitionné leurs chambres et ont fait une petite sieste afin de reprendre des forces pour aider nos Rouges et Noirs a poussé en mêlée.

19h30 :

départ de l’hôtel pour un périple dans la jungle francilienne avec ses lignes de métro, tramway, bus, … jusqu’au Stade de France.

20h :

arrivée au Stade de France, passage des contrôles de sécurité et quête du Graal (le verre collector du match). Bien que les 2 premiers points se soient déroulés dans les règles de l’art, il n’en fut rien concernant le 3ème et dernier point. En effet, nos protagonistes désireux d’acquérir le verre collector se sont vus alléger de 10€ pour un verre… vide.

20h30 :

arrivée aux places respectives. Nos voyageurs se sont tranquillement mis dans l’ambiance du match.

23h :

coup de sifflet final. Malheureusement, nos Minots de la Rade, ultra dominés durant les 20 premières minutes du match, n’ont jamais réussi à rattraper leur retard. C’est forcément déçu et le cœur gros que notre groupe attendait le spectacle son et lumière qui achevait une saison remplie d’émotions.

0h :

commande d’un taxi Uber (qui chie vert – merci Claudine pour cette anecdote croustillante -) et attente durant près de 30 minutes de ce dernier.

1h :

retour à l’hôtel. Extenués, nos héros du jour ne se sont pas fait prier pour aller dormir et se requinquer pour la journée qui les attendait.

Jour 2 :

8h :

réveil (plus raisonnable, surtout pour un lundi). Nos protagonistes ont alors pris le temps de refaire le match. Claude nous a même fait savoir qu’il n’était jamais vraiment sorti du match car il a passé la nuit à chanter dans ses rêves « Et ils sont là, et ils sont là les Toulonnais… ».

9h :

départ de Genevilliers afin de rentrer au Pradet, toujours avec Claude au volant qui devait certainement se sentir pousser des ailes après ce périple car il a dépassé les 110 et s’est même essayé au régulateur de vitesse.

19h30 :

arrivée au Pradet. Extenués, nos voyageurs sont allés rejoindre Morphée enchantés par leur voyage qu’ils renouvelleront très certainement si l’occasion se représente.

Si vous aussi vous souhaitez nous faire part de votre voyage, n’hésitez pas à nous envoyer votre récit à alombardo@lesdragonsdupradet.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *